Nouvelles / Actualités

Le Salon des Reptiles

Pour éduquer les gens sur le mode de vie des reptiles, des passionnés répondront à vos

En savoir plus Nouvelles / Actualités

Le Plus grand des crocodiliens

Suite à des inindations en Australie... Le Vilain Maxime 31/12/2015 Les inondations

En savoir plus

Assurance Habitation avec reptiles

Une EXCELLENTE nouvelle pour les propriétaires de reptiles. Il est maintenant possible d'accéder

En savoir plus

Progrès en vue d'un sérum contre les morsures venimeuses en Afrique

Sciences et santé L’espoir est qu’il sera disponible d’ici la fin de la

En savoir plus
Unité de conversion

Infos-éducation

Amputer la peur

Article de 

Le dimanche 28 octobre 2007
Amputer la peur

 
Marie-Claude Lortie
La Presse

Que feriez-vous si, à 33 ans, vous découvriez que vous êtes porteuse du gène BRCA1 ou du BRCA2, mieux connus sous le nom de «gènes du cancer du sein»? Vous vous effondreriez en larmes en vous sentant totalement impuissante devant le destin?

Vous courriez chez le psychothérapeute pour apprendre à vivre avec le risque?

Vous iriez voir un chirurgien pour planifier une double mastectomie préventive qui réduira votre risque de 90 %?

Dans un article captivant publié récemment dans le New York Times, la journaliste Amy Harmon raconte le périple de Deborah Lindner, une jeune femme de 33 ans, fille d'une survivante du cancer du sein, qui découvre qu'elle porte un des gènes liés à la maladie.

Durant tout le papier, la journaliste raconte les hauts et les bas de la réflexion longue et complexe qui mènera la jeune médecin, qui n'est pas du tout atteinte du cancer, mais qui n'en peut plus de vivre avec le risque, à se faire amputer les deux seins.

Durant tout le papier, on se demande pourquoi elle pose un geste aussi radical. Durant tout le papier, on se demande ce qu'on ferait à sa place.

L'abondance de connaissances médicales qui marque le début de ce millénaire fait croître notre angoisse. Plus on répond à nos questions, plus on a peur.

Mais savons-nous gérer notre peur? Dans un monde de statistiques, avons-nous les ressources nécessaires pour savoir comment digérer ces chiffres et apprendre à dormir quand même sur nos deux oreilles?

Aux États-Unis, le tiers des femmes qui apprennent qu'elles ont le gène du cancer du sein choisissent la double mastectomie préventive.

Les deux autres tiers optent pour d'autres solutions, comme l'ablation des ovaires ou un dépistage très serré.

Une recherche publiée la semaine dernière dans le Journal of Clinical Oncology montre en outre qu'un nombre grandissant de femmes atteintes d'un cancer du sein demandent une double mastectomie même si elles n'ont besoin que d'une procédure simple pour retirer leur tumeur.

Le nombre de femmes ayant ainsi opté pour la double chirurgie a augmenté de 100 % entre 1995 et 2003.

Pourtant, rappelle le médecin qui a mené la recherche, le Dr Todd Tuttle, de la faculté de médecine de l'Université du Minnesota, une double chirurgie n'améliore pas plus les chances de survie.

Pourquoi les femmes prennent-elles alors cette décision?

Je vous lance la question.

L'équipe de Cyberpresse vous suggère :
Réelle menace ou peur irraisonnée?
12 raisons de ne plus avoir peur de mourir

Retour en haut